Archives mensuelles : mars 2019

Etudier à l’étranger en M2 ?

Vous avez envie de partir étudier à l’étranger mais vous hésiter à franchir le cap ? Laura Martinez, étudiante colombienne ayant connu une première expérience de mobilité en venant étudier à Besançon dans notre première année de master pour ensuite s’envoler vers le Japon, vous raconte son expérience personnelle.

 

 

Vous avez envie de partir étudier à l’étranger mais vous hésiter à franchir le cap ? Laura Martinez, étudiante colombienne ayant connu une première expérience de mobilité en venant étudier à Besançon dans notre première année de master pour ensuite s’envoler vers le Japon vous raconte son expérience personnelle.

César Augusto Carranza (CAC) : Pourriez-vous vous présenter, s’il vous plaît ?

Laura Sofia Martinez (LSM) : Je m’appelle Laura Sofia Martinez. Je suis doctorante en Sciences de l’information et de la communication. Je suis inscrite en première année de thèse. Mon sujet de thèse essaie de donner du sens aux lieux à l’ère des parcours commobiles, dans une perspective très proche à la « géographie du virtuel ».

CAC : Quel est votre parcours ?

LSM : Je suis venue en France en 2016 pour commencer la première année du Master Sciences du Langage à Besançon, et continuer une recherche sur la relation au lieu, telle qu’expérimentée plus spécifiquement par des étudiants en mobilité. Et c’est en deuxième année de master que j’ai eu l’opportunité d’effectuer ma deuxième année de master au Japon, à l’Université de Tsukuba grâce à l’échange Erasmus plus.

CAC : Pourquoi avoir effectué votre deuxième année de master à l’étranger ?

LSM : C’était une opportunité unique ! La mobilité est vrai un plus dans la vie académique et personnelle. La mobilité en master, c’est l’opportunité de connaître une langue mais aussi d’échanger avec d’autres étudiants de la même discipline. Par ailleurs, poursuivre mon travail de recherche à l’étranger m’a donné l’occasion d’enrichir mes travaux, d’acquérir des données de terrain en interviewant des étudiants japonais…  

CAC : Pourquoi le Japon ?

LSM : L’université de l’UFC a un partenariat avec l’université de Tsukuba, ce qui m’a donné la possibilité de suivre des cours là-bas tout en continuant mon travail de recherche de M2 à distance avec ma directrice, Andrée Chauvin-Vileno.

 CAC : Vous disiez que cette opportunité de mobilité a été rendue possible grâce à Erasmus ?

https://info.erasmusplus.fr/

LSM : Erasmus plus est un programme qui permet de financer un séjour à l’étranger sous condition qu’il y ait juste un partenariat avec deux universités. Concrètement, Erasmus plus a financé mon voyage aller-retour, et m’attribuait des ressources que je recevais chaque mois.

CAC : Parliez-vous japonais avant de partir ? Comment avez-vous vécu cette expérience linguistique et communicationnelle ?

LSM : Avant de partir, je ne parlais pas du tout le japonais même si j’avais fait quelques recherches pour ne pas être complètement perdue. C’était très difficile au début. Cependant, j’ai eu l’opportunité de parler en anglais dans le contexte universitaire, puis en français : il y avait plusieurs étudiants francophones à l’université de Tsukuba et j’ai rencontré des gens qui parlaient très bien le français. Donc, avec le temps, tout a été plus facile…  J’ai eu l’opportunité de suivre de cours de japonais tous les matins, donc progressivement, j’ai réussi à m’exprimer en japonais ! C’était un grand défi !

CAC : J’imagine que c’était aussi une expérience culturelle forte. Quelles sont vos impressions à ce sujet ?

LSM : C’est évidemment un changement qui va au-delà de la langue. C’est découvrir une autre vision du monde, une autre vision des relations dans la société. C’est un grand changement qui m’a beaucoup apporté, qui m’a beaucoup enrichi. C’était tout simplement l’opportunité de reconnaitre les éléments qui nous lient en tant que des êtres humains au-delà des différences. Et bien entendu, cela a été l’occasion de partager autour du langage, des sciences humaines avec des étudiants et des spécialistes japonais, d’échanger nos perceptions sur la vie universitaire….

CAC : Est-ce que vous vous êtes tout de suite sentie « chez vous » au Japon ?

LSM : Quand on change de pays, un temps d’adaptation est nécessaire…. Je pense qu’il m’a fallu un mois pour avoir les premiers repères, pour faire des rencontres, comprendre un système qui est différent, en connaître les règles, les comportements, le rythme de la vie quotidienne. Ça peut prendre de temps mais cela fait pleinement partie de la découverte d’une autre culture…

CAC : Recommanderiez-vous aux nouveaux étudiants du master de faire une année à l’étranger ?

LSM : Absolument ! Bien sûr ! C’est une opportunité à ne pas rater. C’est un enrichissement universitaire et professionnel, mais aussi et surtout personnel ! Cela donne envie de continuer à partir en mobilité. Enfin, c’est nécessaire pour élargir ses connaissances et construire d’autres types de réflexions face à son propre domaine de recherche. Cela vaut aussi pour sa vie personnelle…

Merci à Laura d’avoir partagé son expérience avec nous.