Archives de catégorie : Billets

AHMED ALUSTATH

Titulaire d’un baccalauréat en Sciences humaines, d’une maîtrise en FLE, Ahmed a obtenu un master en Sciences du langage : Texte Discours Communication, et a effectué un stage au service des Relations internationales de la Ville de Besançon en tant que chargé de communication ; son rôle était d’assurer la communication entre le service des Relations internationales et les autres services de la Ville, et certains villes jumelées notamment Neuchâtel en Suisse et le camp de réfugiés d’Aqabat Jaber en Palestine.

Ahmed Alustath est actuellement étudiant en deuxième année de doctorat en Sciences du langage et Analyse du discours à l’Université de Bourgogne Franche-Comté et participe à la publication de la revue scientifique ECLATS de l’Ecole doctorale LECLA en tant que membre du comité de rédaction. Il représente également les doctorants au Conseil du laboratoire d’ELLIAD.

Dans le cadre de sa thèse, son intérêt s’est orienté vers l’analyse du discours institutionnel de l’Organisation des Nations unies sur la question israélo-palestinienne, et il utilise certains logiciels d’analyse textométrique comme Hyperbase et TXM. Aussi, il est chargé de cours à l’Université de Franche-Comté, à hauteur de 64 heures par année.

Rencontre avec justine simon

C’est à une réflexion sur les relations qui se jouent entre mémoire, circulation et polémicité à laquelle nous a invités Justine Simon, enseignant-chercheur au laboratoire ELLIADD, lors de sa communication présentée le 7 février 2019 au séminaire mensuel du pôle Discours, Texte, Espace public, Société (DTEPS), intitulée « La Liberté guidant le peuple revisitée au XXIème siècle ».
Justine Simon a eu la gentillesse de m’accorder de son temps pour parler de sa parcours universitaire et de sa pratique de l’analyse du discours au carrefour des sciences du langage et des sciences de l’information communication…

Interview par Cesar Augusto Carranza Aristizabal

César Augusto Carranza (CAC) : Quelles sont les études qui vous ont amenée à l’analyse du discours ?

 Justine Simon (JS) : Après le lycée, j’ai suivi une formation de deux ans qui s’appelait « DEUG Sciences du langage et communication (SLEC) ». C’était une double formation dans les champs classiques des sciences du langage (linguistique, épistémologie, lexicométrie, sémantique, etc.) à laquelle s’ajoutaient des enseignements en analyse du discours médiatique, analyse de l’image, etc.

Ensuite, j’ai suivi et validé une double licence : Français langue étrangère (FLE) et Sciences du langage et communication (SLEC). J’ai continué mon défi personnel et j’ai suivi deux « maîtrises » [équivalent du Master actuel] : l’une professionnalisante en FLE, avec un stage long pour former des futurs enseignants de Français langue seconde ; l’autre en Sciences du langage option Discours sociaux. Ceci m’a permis de mettre un petit peu les pieds pour la première fois dans ce qu’on appelle l’analyse du discours….

La deuxième année de master a été un peu compliquée : les enseignements étaient vraiment différents et complémentaires… Mon travail de recherche (TER) a mis un certain temps à démarrer : je voulais travailler sur la presse mais je ne savais pas exactement quelle entrée adopter… C’est vers janvier ou février que j’ai arrêté mon choix sur le discours de l’association « Casseurs de pub »  qui publiait un journal appelé La Décroissance et qui avait un site internet où elle produisait des supports de communication, des cartes postales, des visuels… Ce qui m’intéressait, c’était la dimension argumentative forte de ce discours, qui accordait une place importante à l’image, et dont le but était de convaincre le grand public d’arrêter la publicité. J’avais donc, dès le Master, une affinité particulière sur l’analyse des images et sur leur dimension argumentative…. Plus tard, durant ma première année de thèse, j’ai décidé de valoriser mon travail lié à « Casseurs de Pubs ». J’ai publié un article en 2012 dans la revue Mots, maintenant accessible en ligne.

(CAC) : Vous avez ensuite effectué une thèse. Quelques mots sur votre sujet, votre expérience du doctorat ?

(JS) : J’ai travaillé sur la presse d’actualité adressée aux jeunes avec cinq différentes pour avoir une dimension comparative. La thèse n’était pas financée, ce qui n’était pas évident d’un point de vue personnel…Je  devais donc travailler parallèlement. J’ai eu la chance d’avoir un demi-poste d’attaché temporaire d’enseignement et de recherche (ATER) pendant deux ans, c’est-à-dire que je donnais des enseignements pour lesquels j’étais rémunérée. La dernière année, c’était plus compliqué parce qu‘il fallait que j’aie un emploi pour pouvoir avoir des vacations à l’université, pour ensuite pouvoir rechercher un poste. Mais cela s’est plutôt bien passé…

(CAC) : Vous êtes aujourd’hui enseignant-chercheur. Pourquoi l’enseignement ?

(JS) : Quand j’étais à l’école élémentaire, je voulais être professeure d’école élémentaire. Quand j’étais au collège, je voulais être professeure de collège. Quand j’étais au lycée, je voulais être professeure de lycée. Quand je suis arrivée à l’université… j’ai décidé d’enseigner à l’université.

(CAC) : Et pourquoi la recherche ?

(JS) : Parce que cela donne une liberté de pensée, de travailler sur des terrains complètement différents, de se faire un peu son propre agenda, de recherche sur des sujets qui me plaisent. C’est toujours des directions que j’ai suivies depuis le master : choisir des sujets qui me plaisent vraiment, pas des sujets imposés.

(CAC) : Quels sont les principaux axes de votre recherche ?

(JS) : Mes recherches s’inscrivent en analyse du discours avec une forte dimension énonciative. Dans ma thèse, j’ai travaillé sur les reprises, les différentes formes de discours rapporté d’un point de vue textuel et verbal. J’ai aussi pris en compte la place de l’image.  J’ai travaillé essentiellement sur les discours médiatiques : j’ai commencé avec des journaux imprimés et après j’ai enchaîné avec le web, les blogs…Finalement, je suis arrivée à l’usage numérique au quotidien, les réseaux socio-numériques.

Mon orientation théorique est désormais liée à l’analyse du discours numérique : quelles sont ses spécificités du point de vue de l’interactivité ? Quellest le rôle des dispositifs numériques qui influencent nos interactions ? Ce que j’ai analysé, en compagnie de Magali BIgey, EC à l’UFC, plus précisément ces dernières années est la place des mentions accompagnée de , notamment sur Twitter. Je me réfère beaucoup à la terminologie qui est proposée par Marie-Anne Paveau[1] sur l’Analyse du discours numérique.

(CAC) : Pour vous, quelle est l’importance de l’analyse du discours dans le monde actuel ?

(JS) : Je considère qu’il est indispensable de réfléchir aux productions linguistiques discursives qui sont étroitement corrélées avec le monde social. Plus spécifiquement, lorsque l’on travaille sur des dispositifs socionumériques, la question de savoir comment la technologie influence notre manière d’écrire. Prenons l’exemple de Twitter qui donnait auparavant une contrainte de 140 caractères. Il s’agit également de penser comment les usages en essor participent à faire évoluer la technologie….

Faire de l’analyse du discours est étroitement lié au fait de réfléchir à des enjeux socio-politiques. Les sujets que j’aborde du point de vue de la constitution de différents corpus ont toujours une résonance par rapport à des contextes sociaux, politiques (ou les deux), pour essayer de comprendre l’actualité.

Je me préoccupe toujours de ce qui se passe, de ce qui nous entoure. L’analyse du discours est une bonne façon d’essayer de comprendre notre société, pour le dire d’une manière plus simple.

[1] Marie-Anne PaveauL’analyse du discours numérique. Dictionnaire des formes et des pratiques, Paris, Editions Hermann, coll. « Cultures numériques », 2017, 396 p., ISBN : 978-2-7056-9321-3.

 

Etudier à l’étranger en M2 ?

Vous avez envie de partir étudier à l’étranger mais vous hésiter à franchir le cap ? Laura Martinez, étudiante colombienne ayant connu une première expérience de mobilité en venant étudier à Besançon dans notre première année de master pour ensuite s’envoler vers le Japon, vous raconte son expérience personnelle.

 

 

Vous avez envie de partir étudier à l’étranger mais vous hésiter à franchir le cap ? Laura Martinez, étudiante colombienne ayant connu une première expérience de mobilité en venant étudier à Besançon dans notre première année de master pour ensuite s’envoler vers le Japon vous raconte son expérience personnelle.

César Augusto Carranza (CAC) : Pourriez-vous vous présenter, s’il vous plaît ?

Laura Sofia Martinez (LSM) : Je m’appelle Laura Sofia Martinez. Je suis doctorante en Sciences de l’information et de la communication. Je suis inscrite en première année de thèse. Mon sujet de thèse essaie de donner du sens aux lieux à l’ère des parcours commobiles, dans une perspective très proche à la « géographie du virtuel ».

CAC : Quel est votre parcours ?

LSM : Je suis venue en France en 2016 pour commencer la première année du Master Sciences du Langage à Besançon, et continuer une recherche sur la relation au lieu, telle qu’expérimentée plus spécifiquement par des étudiants en mobilité. Et c’est en deuxième année de master que j’ai eu l’opportunité d’effectuer ma deuxième année de master au Japon, à l’Université de Tsukuba grâce à l’échange Erasmus plus.

CAC : Pourquoi avoir effectué votre deuxième année de master à l’étranger ?

LSM : C’était une opportunité unique ! La mobilité est vrai un plus dans la vie académique et personnelle. La mobilité en master, c’est l’opportunité de connaître une langue mais aussi d’échanger avec d’autres étudiants de la même discipline. Par ailleurs, poursuivre mon travail de recherche à l’étranger m’a donné l’occasion d’enrichir mes travaux, d’acquérir des données de terrain en interviewant des étudiants japonais…  

CAC : Pourquoi le Japon ?

LSM : L’université de l’UFC a un partenariat avec l’université de Tsukuba, ce qui m’a donné la possibilité de suivre des cours là-bas tout en continuant mon travail de recherche de M2 à distance avec ma directrice, Andrée Chauvin-Vileno.

 CAC : Vous disiez que cette opportunité de mobilité a été rendue possible grâce à Erasmus ?

https://info.erasmusplus.fr/

LSM : Erasmus plus est un programme qui permet de financer un séjour à l’étranger sous condition qu’il y ait juste un partenariat avec deux universités. Concrètement, Erasmus plus a financé mon voyage aller-retour, et m’attribuait des ressources que je recevais chaque mois.

CAC : Parliez-vous japonais avant de partir ? Comment avez-vous vécu cette expérience linguistique et communicationnelle ?

LSM : Avant de partir, je ne parlais pas du tout le japonais même si j’avais fait quelques recherches pour ne pas être complètement perdue. C’était très difficile au début. Cependant, j’ai eu l’opportunité de parler en anglais dans le contexte universitaire, puis en français : il y avait plusieurs étudiants francophones à l’université de Tsukuba et j’ai rencontré des gens qui parlaient très bien le français. Donc, avec le temps, tout a été plus facile…  J’ai eu l’opportunité de suivre de cours de japonais tous les matins, donc progressivement, j’ai réussi à m’exprimer en japonais ! C’était un grand défi !

CAC : J’imagine que c’était aussi une expérience culturelle forte. Quelles sont vos impressions à ce sujet ?

LSM : C’est évidemment un changement qui va au-delà de la langue. C’est découvrir une autre vision du monde, une autre vision des relations dans la société. C’est un grand changement qui m’a beaucoup apporté, qui m’a beaucoup enrichi. C’était tout simplement l’opportunité de reconnaitre les éléments qui nous lient en tant que des êtres humains au-delà des différences. Et bien entendu, cela a été l’occasion de partager autour du langage, des sciences humaines avec des étudiants et des spécialistes japonais, d’échanger nos perceptions sur la vie universitaire….

CAC : Est-ce que vous vous êtes tout de suite sentie « chez vous » au Japon ?

LSM : Quand on change de pays, un temps d’adaptation est nécessaire…. Je pense qu’il m’a fallu un mois pour avoir les premiers repères, pour faire des rencontres, comprendre un système qui est différent, en connaître les règles, les comportements, le rythme de la vie quotidienne. Ça peut prendre de temps mais cela fait pleinement partie de la découverte d’une autre culture…

CAC : Recommanderiez-vous aux nouveaux étudiants du master de faire une année à l’étranger ?

LSM : Absolument ! Bien sûr ! C’est une opportunité à ne pas rater. C’est un enrichissement universitaire et professionnel, mais aussi et surtout personnel ! Cela donne envie de continuer à partir en mobilité. Enfin, c’est nécessaire pour élargir ses connaissances et construire d’autres types de réflexions face à son propre domaine de recherche. Cela vaut aussi pour sa vie personnelle…

Merci à Laura d’avoir partagé son expérience avec nous.

Atelier International de Recherche

Nos étudiants de master ont eu l’opportunité de présenter les méthodologies mises en oeuvre dans le cadre de leur mémoire de recherche et leurs résultats intermédiaires lors d’un atelier international de recherche, organisé par Galia Yanoshevsky (Université de Bar-Ilhan) avec le soutien de l’équipe pédagogique du master. 

Cet événement a été l’occasion, pour les étudiants de 1ère année et de 2e année, de faire leur première communication en public, de recevoir les conseils bienveillants et constructifs d’enseignants-chercheurs et des participants à la journée. 

Découvrez le programme en ouvrant l’image dans un nouvel onglet.

La femme sans enfant dans la presse écrite

Communiquer sa recherche implique de maîtriser certains genres. Le poster scientifique n’est pas le plus facile à maîtriser ! Il s’agit en effet d’exploiter un support de communication visuelle, pour donner envie au public d’en savoir plus sur une recherche. C’est par ailleurs un défi que de pouvoir, en un format aussi contraint, délivrer une information claire, accessible et synthétique. Exploiter des visuels, réduire à l’essentiel les éléments rédactionnels grâce à un vocabulaire précis sont autant de clés garantissant la construction d’un poster efficace. Dès la première année du master, une initiation à ce genre scientifique est assuré dans notre formation, en parallèle d’une initiation à la maîtrise de logiciels de mise en page. Voici quelques réalisations de nos camarades.

Participation des étudiants de M2 à une Journée d’étude interdisciplinaire

Les étudiants de deuxième année du master Analyse du discours ont participé à Dijon le 6 avril 2018 à une journée d’études intitulée «Ces femmes qui refusent d’enfanter. Un choix de vie ?» organisée par le Centre Georges Chevrier – UMR CNRS uB 7366.[1]

Manon Redoutey, Arezki Chaim, Laura Muller et Ahcène Boudjema y ont présenté un poster rendant compte d’un projet tutoré mené dans le cadre de l’unité d’enseignement « Méthodologies pour l’analyse de données textuelles» (resp. Virginie Lethier). Le projet tutoré a consisté à développer une méthodologie pour étudier le fonctionnement discursif du syntagme « Femme(s) sans enfant(s) » dans la presse française. Est-ce que ce syntagme est fortement utilisé par la presse ? Que veut-il dire ? Dans quel(s) contexte(s) les journalistes utilisent-ils ce syntagme ?

Pour répondre à cette question, les étudiants ont constitué un corpus d’environ 405 articles de 1996 à 2017 depuis Europress.com, en sélectionnant dans cette base tous les articles contenant les formes contiguës « femme(s) sans enfant(s) », puis les étudiants ont utilisé les logiciels Iramuteq[2] et TXM [3] pour faire une analyse textométrique du corpus. pour connaitre les résultats de cette étude et découvrir la présentation de leur poster, nous vous invitons à découvrir le lien suivant :

http://tristan.u-bourgogne.fr/CGC/manifestations/17_18/18_04_06.html

Une première expérience impressionnante mais stimulante de la prise de parole scientifique en public pour l’ensemble des étudiants !

[1]http://tristan.u-bourgogne.fr/CGC/manifestations/17_18/18_04_06.pdf

[2]http://iramuteq.org/

[3]http://textometrie.ens-lyon.fr/

Du corpus à l’analyse du discours

Du corpus à l’analyse du discours

Le 16 octobre 2018 a eu lieu la journée d’études « Pouvoir des mots : évaluation des discours des Banques Centrales »  à la Maison des Sciences de l’Homme et de l’Environnement Claude-Nicolas Ledoux. Les étudiants du master « Analyse du discours » étaient présents à cet événement interdisciplinaire où les sciences du langage échangeaient avec les sciences économiques et les sciences politiques.

À cette occasion, j’ai eu l’opportunité de rencontrer Laurence Harris, doctorante à l’Université Paris Nanterre, qui achève une thèse sur les discours du gouverneur de la Banque d’Angleterre à Mansion House. Laurence Harris a eu la gentillesse de se prêter au jeu de l’interview et de revenir sur la genèse de son travail doctoral.

Elvire Mathis (EM) : Pourriez-vous me dire quelques mots sur votre formation universitaire ?

Laurence Harris (LH) : Ma formation universitaire suit un parcours effectué en France jusqu’au Master 1, puis en Angleterre où j’ai complété mon cursus par un Master of Science (équivalent d’un Master 2). Je suis actuellement professeure agrégée d’anglais (PRAG) à Université Paris Nanterre. Pour mon doctorat, je suis rattachée à deux laboratoires : le CeLiSo (Centre de Linguistique en Sorbonne) et le CREA (Centre de Recherches Anglophones).

 EM : Pourquoi avoir choisi de travailler sur les discours du gouverneur de la Banque d’Angleterre à Mansion House ?

LH : Ce sujet est en partie lié à mes enseignements : j’interviens dans une double licence anglais/économie. L’idée de rassembler un corpus autour du banquet de Mansion House remonte à mes années passées en Grande-Bretagne : le dîner annuel « des banquiers et marchands de la City » (c’est l’expression consacrée) est un événement médiatisé qui avait retenu mon attention. J’ai trouvé aux archives de la Banque d’Angleterre les discours que les gouverneurs successifs ont prononcé à Mansion House sur 70 ans, de 1946 à 2016. J’étudie ce corpus par le biais de l’analyse de discours, de la rhétorique, de la textométrie etc.

EM : Quelles sont les données sur lesquelles se fonde votre travail ? Est-ce de l’oral ou de l’écrit ?

LH : J’ai trouvé les tout premiers discours du gouverneur de la Banque d’Angleterre sur des supports papiers endommagés aux archives de la Banque. J’ai dû les numériser, les océriser… C’était un gros travail. Les données orales sont apparues plus tardivement : j’ai réussi à en obtenir quelques-unes datant des années 1980, mais ça a été compliqué. Il a fallu les rétroconvertir, ce qui a pris du temps. Cependant, il est intéressant d’entendre les voix, les applaudissements, les pauses… Les discours les plus récents du corpus sont filmés et accessibles en ligne. Je m’intéresse aussi à la sémiotique, aux éléments extralinguistiques qui participent à la construction du personnage et de l’ethos du gouverneur. Mais le point d’entrée principal de mon étude est l’écrit.

EM : La rhétorique occupe une place importante dans votre recherche, comme en atteste votre communication d’aujourd’hui centrée sur l’ethos du gouverneur de la Banque de la Banque d’Angleterre à Mansion House (1946-2016) ». Au-delà de l’ethos, vous êtes-vous intéressée au logos et au pathos dans votre thèse ?

LH : Dans un premier temps, j’avais construit un plan qui suivait ces trois points : logos, ethos, pathos ! Mon plan s’est affiné par la suite. En réalité, la rhétorique n’est qu’un accès parmi d’autres. Je cherche avant tout à circonscrire un genre de discours.

EM : Comme vous l’avez précisé, vous vous intéressez à certaines figures de style, dont la métaphore. Comment avez-vous envisagé leur étude dans votre corpus ?  L’outil textométrique s’est-il révélé pertinent pour ce type d’interrogations ?

LH : J’ai commencé par répertorier les métaphores à la main, en fonction du domaine source, puis j’ai complété les résultats obtenus par mes connaissances en histoire. Je me suis également appuyée sur les travaux de Thomas Kuhn et de Peter Hall pour affiner mon analyse. La base théorique de cette étude est la métaphore conceptuelle. J’utilise les logiciels traditionnels que sont Lexico et Hyperbase, mais aussi des outils plus récents (TXM et Iramuteq), qui sont plus intuitifs et qui permettent de faire des graphiques magnifiques… Il est important de confronter les données obtenues grâce aux différents logiciels. On m’a souvent recommandé de ne pas mettre toutes mes billes dans un même sac ! À partir de ces outils, j’ai élaboré un protocole expérimental qui permet une double exploration, synchronique et diachronique, des corpus en anglais de spécialité.

EM : Comment souhaiteriez-vous prolonger cette recherche ?

LH : Les prolongements sont nombreux. J’aimerais me pencher ensuite sur des corpus plus petits, toujours en rapport avec la communication de la Banque d’Angleterre, par exemple les échanges entre Kenneth Clark et Eddie George, chancelier et gouverneur de la Banque dans les années 1990, que la presse surnommait le « Ken and Eddie Show ». J’ai retrouvé tous les textes. Là aussi, il y a une mise en scène, un calibrage des déclarations. Il y a beaucoup à dire sur le formatage des communiqués… J’ai découvert ces phénomènes à mesure de mes recherches.

EM : Quel(s) conseil(s) souhaiteriez-vous donner à des étudiants de master en général et en analyse du discours en particulier ?

LH : J’ai hésité avant de trouver le bon sujet, le bon corpus … Je m’intéressais à beaucoup de choses, par exemple au discours de la BBC et au reportage de guerre. J’avais des coups de cœur. Sans renoncer aux coups de cœur, mon conseil serait d’aller vers ce qui est disponible et faisable ! Quand on commence une recherche, il faut la terminer un jour. Mon conseil serait donc de partir du corpus. Un corpus cohérent, qui tient la route. Mon deuxième conseil concernerait la direction de la recherche. Il faut qu’elle soit assurée par quelqu’un dont on a lu les travaux et dont on aimerait bénéficier des conseils. Cette personne vous guidera vers telle ou telle lecture, telle théorie, tel colloque… À partir de là, la méthodologie et les outils à utiliser pour votre travail se mettront en place d’eux-mêmes.

 

 

Par Elvire Mathis et Laurence Harris

IGOR NADAL INIESTOLA

Après un bac scientifique (SVT option mathématique), ce jurassien franco-espagnol a intégré une classe préparatoire aux grandes écoles de commerce (Lycée Carnot de Dijon). Après deux ans d’études intensives, il a ensuite suivi et validé une double licence (2016-2018), en Sciences de l’Information-communication et en Sciences du Langage : c’est dans ce cadre qu’il a découvert l’analyse du discours.

Son intérêt pour cette discipline l’a amené à faire un stage au laboratoire de recherche ELLIAD (Edition, Littératures, Langages, Informatique, Arts, Didactique, Discours) à Besançon en troisième année de licence. Il a pu y découvrir le métier de chercheur, tout en participant à une mission de collecte de discours produits durant l’élection présidentielle de 2017. Il s’est ensuite initié à l’analyse en se focalisant sur la représentation de la « jeunesse » dans les discours des candidats.

Il a également fait un stage de 9 mois comme chargé de communication dans une association d’Éducation Nouvelle (Centre d’Entraînement aux Méthodes d’Éducation Active – CEMEA) où il s’est familiarisé avec de nombreux logiciels libre (Inkscape, Jitsi.meet, suite LibreOffice, …) et avec les outils développés par l’association Framasoft.

Les Ceméa l’ont formé aux diplômes d’animation volontaire et de direction (BAFA en 2014 et BAFD en 2018). Devenu militant et formateur pour cette association, Igor a effectué un service civique d’un an auprès d’eux (2016-2017). Cette expérience lui a permis de se construire une vision de l’engagement et du militantisme et une conception politique de l’éducation. Le mémoire de M1 d’Igor est en lien direct avec l’Education Populaire et l’Education Nouvelle : son travail est en effet centré sur une revue des Ceméa intitulée Vers l’Éducation Nouvelle. Au fil des pages de cette revue, ce sont les concepts d’Éducation Populaire et d’Éducation nouvelles depuis 1946 qui se forgent. Retracer l’évolution et les glissements de ces concepts : tel est l’objectif de l’exploration textométrique qu’il mettra en œuvre.

Igor est par ailleurs co-fondateur d’une bibliothèque itinérante, autonome et gratuite sur Besançon (« Biblio’ Debout »). L’objectif de cette bibliothèque est de permettre un accès à la lecture, à la culture et à la connaissance pour tous.

Hamda Abdillahi

Hamda Abdillahi, originaire de Djibouti, s’est inscrite en 2017 en première année du master Sciences du langage, parcours Analyse de discours à l’université de Franche-Comté e.

Diplômée d’une licence de Lettres Modernes, parcours linguistique à l’université de Djibouti, Hamda souhaitait se spécialiser en analyse des discours. C’est sur la page de l’université de Franche-Comté qu’elle a découvert la formation adaptée à ses besoins proposée à Besançon et qui la passionne.

Elle prépare, sous la direction de M. Do-Hurinville, un mémoire de recherche sur un dialecte de la langue arabe parlé à Djibouti par une minorité de locuteurs (le souki) et qui est actuellement en voie de disparition.

César Carranza

César Carranza a rejoint la deuxième année de master Sciences du Langage, parcours analyse du discours, à l’Université de Franche-Comté en 2018-2019.

Il a d’abord suivi une formation de quatre ans à l’Université Nationale de Colombie durant laquelle il a commencé ses études en linguistique, plus précisément en analyse du discours: il est ainsi diplômé en Philologie et Langues : Français.  Son engagement dans cette discipline lui a permis d’obtenir le prix du meilleur mémoire du Département des Langues Étrangères, pour son analyse du discours politique portant sur le début de l’accord de paix en Colombie. En parallèle, il a travaillé comme enseignant de français dans différentes institutions à Bogota. Il a également été assistant de langue espagnole au Lycée Théodore Aubanel à Avignon, entre 2014 et 2015. Après cette expérience, il est rentré en Colombie pour travailler comme professeur de Fle dans l’un des lycées les plus reconnus de la ville, où il a exercé pendant deux années. Il a ensuite été lauréat de la bourse Victor Hugo (http://www.univ-fcomte.fr/venir-etudier-luniversite-de-franche-comte#.XFm8C1VKi70 pour venir étudier à l’Université de Franche-Comté et approfondir ses connaissances en analyse du discours outillée par l’informatique et la statistique.  Son mémoire de recherche porte sur le traitement de la votation de l’accord de paix par la presse écrite colombienne. 

Marius Djidjoho AHOUMENOU

Après un bac scientifique obtenu en 2005, Marius Djidjoho AHOUMENOU a opté pour un BTS en journalisme et en communication. Après l’obtention de ce BTS, il a exercé comme journaliste-reporter stagiaire dans deux médias : la radio nationale du Bénin ORTB et la télévision GOLF TV.  Il a ensuite été journaliste pendant 3 ans à la télévision canal3 Bénin, en tant que journaliste-reporter. Il a décidé de reprendre ses études pour accéder à un diplôme international et a obtenu une licence en Sciences du langage à l’université de Franche-Comté. Dans ce cadre, il a effectué un stage recherche au laboratoire ELLIADD (Editions, Langages, Littératures, Informatique, Arts, Didactiques, Discours) : encadré par Marion BENDINELLI, Marius a participé à la constitution et à l’étude d’un corpus politique de débats présidentiels. Il a ensuite intégré le master Analyse du discours pour se spécialiser dans l’analyse du discours politique : son mémoire est consacré au discours du président Patrice TALON.