La religion et les médias : un débat et des tensions

Présenté par Ahcène BOUDJEMA

Il n’y a pas qu’une liberté mais plusieurs. La religion en est une ; la caricature, une autre. Quand les libertés s’interposent, il y a des tensions. La religion, au cœur des débats sociopolitiques,  marque l’actualité d’une façon omniprésente. Lorsqu’une valeur religieuse est utilisée dans des caricatures à visée humoristique, l’auditoire est scindé en deux camps opposés, défenseurs de la liberté de culte contre défenseurs de la liberté d’expression. Fort de ce constat, la recherche vise à identifier la source des tensions et conflits présents dans les débats.

La recherche s’inscrira dans la problématique, plus étendue, de l’analyse des discours sur la religion dans un espace médiatique : elle en est une étude de cas, celui des affrontements qui se produisent dans le débat sur la religion dans la télévision française et suisse.

Le travail s’appuiera sur un corpus audiovisuel constitué de deux vidéos retranscrites contenant un débat politique qui aborde le thème de la religion et de la liberté d’expression. Ces deux débats se produisent en France et en Suisse dans lesquels participe Tariq Ramadan, professeur suisse des études islamiques. Ce travail croise des approches théoriques différentes, à savoir l’argumentation dans le discours et l’éthos (cf. travaux de Ruth Amossy 2010, Christian Plantin 2005, Chaïm Perelman 2008), ainsi que l’énonciation (cf. les travaux de Michel Heinz 2003, Catherine Kerbrat-Orecchioni 2009). La recherche adopte une approche lexicométrique avec l’utilisation du logiciel TXM (ENS Lyon) pour un éclairage plus quantitatif.

Ce travail se veut une introduction, qui pourrait donner lieu à une étude approfondie, sur le discours de T. Ramadan, « accusé » de tenir un double discours.

Mots-clés : analyse du discours ; discours sur la religion, média, France, Suisse, tensions.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.