L’engagement féministe dans les littératures post-coloniales

Présenté par Manon REDOUTEY

Cette étude cherche à définir la représentation des femmes dans le cadre des littératures post-coloniales. Elle penche sur quatre pays : Nigeria, Algérie, Inde et Vietnam. Elle aborde les thèmes de l’éducation, de la religion et des croyances, de la parole face au silence.

Ce travail se fonde sur un ensemble de cinq romans post-coloniaux : deux en français et trois traduits de l’anglais. Si toutes les auteures sont des femmes, les narrateurs ne le sont pas pour autant. Cependant les personnages évoluent dans un univers féminin. Ce travail croise une analyse basée sur un cadre théorique littéraire et une analyse textométrique d’un corpus de 300 000 occurrences opéré grâce au logiciel Hyperbase (Université́ de Nice).

Après une mise en avant d’un important brassage culturel de chaque pays, il y a lieu de constater la dimension ambivalente des protagonistes : les femmes sont représentées comme les gardiennes des mœurs et de leur transmission. Elles sont coincées entre leur devoir et leur liberté́ individuelle, entre le silence et la volonté́ de dénonciation.

Les personnages féminins de chacune de ces œuvres représentent différentes attitudes face à la répression, notamment la volonté de transgresser aux règles préétablies par la société́. Sous la fiction n’apparait-il pas un discours contestataire, engagé ?


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.