Du corpus à l’analyse du discours

Du corpus à l’analyse du discours

Le 16 octobre 2018 a eu lieu la journée d’études « Pouvoir des mots : évaluation des discours des Banques Centrales »  à la Maison des Sciences de l’Homme et de l’Environnement Claude-Nicolas Ledoux. Les étudiants du master « Analyse du discours » étaient présents à cet événement interdisciplinaire où les sciences du langage échangeaient avec les sciences économiques et les sciences politiques.

À cette occasion, j’ai eu l’opportunité de rencontrer Laurence Harris, doctorante à l’Université Paris Nanterre, qui achève une thèse sur les discours du gouverneur de la Banque d’Angleterre à Mansion House. Laurence Harris a eu la gentillesse de se prêter au jeu de l’interview et de revenir sur la genèse de son travail doctoral.

Elvire Mathis (EM) : Pourriez-vous me dire quelques mots sur votre formation universitaire ?

Laurence Harris (LH) : Ma formation universitaire suit un parcours effectué en France jusqu’au Master 1, puis en Angleterre où j’ai complété mon cursus par un Master of Science (équivalent d’un Master 2). Je suis actuellement professeure agrégée d’anglais (PRAG) à Université Paris Nanterre. Pour mon doctorat, je suis rattachée à deux laboratoires : le CeLiSo (Centre de Linguistique en Sorbonne) et le CREA (Centre de Recherches Anglophones).

 EM : Pourquoi avoir choisi de travailler sur les discours du gouverneur de la Banque d’Angleterre à Mansion House ?

LH : Ce sujet est en partie lié à mes enseignements : j’interviens dans une double licence anglais/économie. L’idée de rassembler un corpus autour du banquet de Mansion House remonte à mes années passées en Grande-Bretagne : le dîner annuel « des banquiers et marchands de la City » (c’est l’expression consacrée) est un événement médiatisé qui avait retenu mon attention. J’ai trouvé aux archives de la Banque d’Angleterre les discours que les gouverneurs successifs ont prononcé à Mansion House sur 70 ans, de 1946 à 2016. J’étudie ce corpus par le biais de l’analyse de discours, de la rhétorique, de la textométrie etc.

EM : Quelles sont les données sur lesquelles se fonde votre travail ? Est-ce de l’oral ou de l’écrit ?

LH : J’ai trouvé les tout premiers discours du gouverneur de la Banque d’Angleterre sur des supports papiers endommagés aux archives de la Banque. J’ai dû les numériser, les océriser… C’était un gros travail. Les données orales sont apparues plus tardivement : j’ai réussi à en obtenir quelques-unes datant des années 1980, mais ça a été compliqué. Il a fallu les rétroconvertir, ce qui a pris du temps. Cependant, il est intéressant d’entendre les voix, les applaudissements, les pauses… Les discours les plus récents du corpus sont filmés et accessibles en ligne. Je m’intéresse aussi à la sémiotique, aux éléments extralinguistiques qui participent à la construction du personnage et de l’ethos du gouverneur. Mais le point d’entrée principal de mon étude est l’écrit.

EM : La rhétorique occupe une place importante dans votre recherche, comme en atteste votre communication d’aujourd’hui centrée sur l’ethos du gouverneur de la Banque de la Banque d’Angleterre à Mansion House (1946-2016) ». Au-delà de l’ethos, vous êtes-vous intéressée au logos et au pathos dans votre thèse ?

LH : Dans un premier temps, j’avais construit un plan qui suivait ces trois points : logos, ethos, pathos ! Mon plan s’est affiné par la suite. En réalité, la rhétorique n’est qu’un accès parmi d’autres. Je cherche avant tout à circonscrire un genre de discours.

EM : Comme vous l’avez précisé, vous vous intéressez à certaines figures de style, dont la métaphore. Comment avez-vous envisagé leur étude dans votre corpus ?  L’outil textométrique s’est-il révélé pertinent pour ce type d’interrogations ?

LH : J’ai commencé par répertorier les métaphores à la main, en fonction du domaine source, puis j’ai complété les résultats obtenus par mes connaissances en histoire. Je me suis également appuyée sur les travaux de Thomas Kuhn et de Peter Hall pour affiner mon analyse. La base théorique de cette étude est la métaphore conceptuelle. J’utilise les logiciels traditionnels que sont Lexico et Hyperbase, mais aussi des outils plus récents (TXM et Iramuteq), qui sont plus intuitifs et qui permettent de faire des graphiques magnifiques… Il est important de confronter les données obtenues grâce aux différents logiciels. On m’a souvent recommandé de ne pas mettre toutes mes billes dans un même sac ! À partir de ces outils, j’ai élaboré un protocole expérimental qui permet une double exploration, synchronique et diachronique, des corpus en anglais de spécialité.

EM : Comment souhaiteriez-vous prolonger cette recherche ?

LH : Les prolongements sont nombreux. J’aimerais me pencher ensuite sur des corpus plus petits, toujours en rapport avec la communication de la Banque d’Angleterre, par exemple les échanges entre Kenneth Clark et Eddie George, chancelier et gouverneur de la Banque dans les années 1990, que la presse surnommait le « Ken and Eddie Show ». J’ai retrouvé tous les textes. Là aussi, il y a une mise en scène, un calibrage des déclarations. Il y a beaucoup à dire sur le formatage des communiqués… J’ai découvert ces phénomènes à mesure de mes recherches.

EM : Quel(s) conseil(s) souhaiteriez-vous donner à des étudiants de master en général et en analyse du discours en particulier ?

LH : J’ai hésité avant de trouver le bon sujet, le bon corpus … Je m’intéressais à beaucoup de choses, par exemple au discours de la BBC et au reportage de guerre. J’avais des coups de cœur. Sans renoncer aux coups de cœur, mon conseil serait d’aller vers ce qui est disponible et faisable ! Quand on commence une recherche, il faut la terminer un jour. Mon conseil serait donc de partir du corpus. Un corpus cohérent, qui tient la route. Mon deuxième conseil concernerait la direction de la recherche. Il faut qu’elle soit assurée par quelqu’un dont on a lu les travaux et dont on aimerait bénéficier des conseils. Cette personne vous guidera vers telle ou telle lecture, telle théorie, tel colloque… À partir de là, la méthodologie et les outils à utiliser pour votre travail se mettront en place d’eux-mêmes.

 

 

Par Elvire Mathis et Laurence Harris


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.